Chapitre 2

- Tu sors ?

Simon consulte sa montre. L’idée que l’on puisse sortir voir des amis à vingt-trois heures le laisse perplexe. À moins que maman ne l’y oblige, à quarante-six ans, mon beau-père ne quitte jamais la maison, ou très peu. Pour lui, le summum du fun consiste à se servir un verre de cherry et de s’installer devant le dernier documentaire diffusé sur la BBC.

– Ça ne peut pas me faire de mal.

   Par-dessus ses lunettes, il jette un rapide coup d’œil paternel à la tenue que je porte et retourne à sa lecture. Ce soir, j’ai jeté mon dévolu sur des talons hauts et sur la robe noire la plus courte et près du corps possible. Tenue qui, en n’importe quelle autre occasion, aurait pu me faire passer pour une escort girl, mais en juillet, un mardi soir sur Richmond Street ? C’est presque le strict minimum.

   Simon ne fait presque jamais de commentaire sur ce que je porte et je lui en sais gré. Dieu sait quelle conclusion psychologique il tire de cet accoutrement. Une soudaine poussée d’égocentrisme pour pallier ma fierté blessée ? Un appel à l’attention générale, probablement ? Un sacré complexe d’œdipe ?

– Tu retrouves tout ton petit gang ?

– Non, ils ne sont pas en ville. Juste Diana.

0 Commentaires

Partagez: